Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Rédaction

Marcelle et la liberté d'expression

Au risque de paraître redondante je me complique volontairement la vie en évoquant un sujet qui n'attire personne, trop symbolique et peu utile au quotidien. Mais de voir dirigeants et bonnes gens, marchant main dans la main, droit devant eux, confiants en la divine providence, pour leur devenir collectif, cela m'affole. Tant que je peux aligner deux mots et me faire éditer, j'en profite pour l'ouvrir et m'indigner. J'ai assisté estomaquée depuis le début de l'année au petit jeu républicano-autoritariste de "Manu-fan de matchs de foot en famille aux frais du contribuable", lequel, après ses leçons de morale largement télédiffusées et emblématiques de sa construction médiatique, s'est fait prendre les doigts dans le pot de confiture et nous la joue confus... Pas tant que cela, car on a argumenté sur une erreur de communication...Bidonnant! Mais si sa gentry technocratique avait pu mettre efficacement le couvercle sur la cocotte, cela aurait été fait. D'ou l'intérêt d'avoir une presse indépendante et intègre, pas toujours évident...

Ghislaine ne comprends rien à  la liberté d'expression.

Elle est bouchée de chez bouchée ma Ghislaine. J'ai beau lui expliquer que son cerveau est déformé par son média préféré (la télévision) et que passer au minimum 2 heures par jour devant un écran la rend mure du citron comme un fruit blet, elle ne décroche pas.  Addicte totale elle est, et restera, persuadée que ce qui se dit à la télévision est la réalité. Ben non ma Ghislaine. C'est de la farce et de la mise en scène, il faut bien faire vivre nos intermittents du spectacle. Après leur avoir donné des théâtres, des cinémas, des financements et des micros, il faut leur donner du boulot! Enfin, un truc qui y ressemble, pour leur redonner confiance en eux et surtout qu'ils disent du bien du pouvoir en place dés qu'un micro leur tombe entre les mains. Mais qui donne le micro et gère la technique? Qui orchestre les temps de diffusion et de passage, l'audience à capter, le public à toucher à l'heure la plus adaptée.... Des personnes bien intentionnées qui savent ou se trouvent leurs intérêts.

 

Demain est un autre jour...Qui vivra verra...La vérité est ailleurs...

On pourrait en écrire des phrases qui ne veulent rien dire sinon appeler à la zénitude décérébrée pour le plus grand nombre. Trop de chance Marcelle est là, complètement mégalo et conspirationniste me direz vous. Moderato: tout au plus rigoriste chrétienne ( on ne refait pas son éducation) à tendance stoïcienne laïque et élitiste. C'est à force de tourner en rond avec mon petit vélo dans la tête, il faut bien mettre en place son auto-thérapie et cela passe! Je ne suis pas encore gâteuse grâce à ça, et à Dieu aussi. Et je continue sur ma lancée. Le plus préoccupant c'est que le terrorisme ou l'obscurantisme religieux, alibi d'une lutte étatique monomaniaque, captatrice de l'information et du web, normalisatrice et infondée (contre la liberté d'expression ou le choix d'être différent...) nous mène tout droit vers le Meilleur des mondes. Quel bonheur de n'avoir à décider de rien et de se laisser porter dans le flux collectif... Et  comme le web était en train de concurrencer ces aimables factotum du pouvoir, ces derniers s'acharnent à motiver le législateur à réguler la toile et ainsi faciliter l'amortissement de leurs investissements audiovisuels de télétransmissions financés par notre redevance. En attendant une inévitable taxe sur la connexion web à venir, au titre de l'inévitable solidarité nationale avec les artistes et producteurs d'informations...

 

Fatalitas...

La modeste contemptrice des pouvoirs institués que je suis se permet de citer dans sa version presque contemporaine le Chéri bibi de Gaston Leroux. Et même si la perspective de décadence est un leitmotiv pour résister au changement, il faut que je vous en raconte une dernière. Ghislaine me parlait " d'implant party" organisé par des bio-hacker suédois, et qui devient à la mode chez les jeunes branchés. On se fait glisser une puce entre le pouce et l'index comme pour les animaux, et on porte ainsi sur soi tous ses renseignements de santé ou financiers nécessaires au quotidien . Et bien les jeunes, vous allez bien gaiement à l'abattoir! La recherche de la différence et du modernisme vous envoie  tout droit vers le mur! Science sans conscience n'est que ruine de l'âme, et c'est pas moi qui l'ai dit la première.

Marcelle LHEUR

Commenter cet article