Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par AVP

Un Masseret perplexe mais convaincu.

Un Masseret perplexe mais convaincu.

Jean-Pierre MASSERET en se refusant de "décrocher" après la claque du premier tour des régionales du Grand Est a poussé l'impertinence et la défense de son bilan de Président de région jusqu'au second tour, persuadé de l'apport au débat démocratique d'une force de gauche même minoritaire. Marqué du sceau infamant de l "indiscipline", la prochaine étape-sanction des instances du parti sera le désencartage ou le blâme? Un épisode à suivre. Nos confrères de satyricon.over-blog.com en ont profité pour se moquer petitement du PS et de ses courroies de transmission humaines ou médiatiques. De notre coté nous préférons saluer "l'originalité" mais aussi la pertinence de l'ancien secrétaire d'état, seul mais courageux dans son engagement démocratique. Philippe SEGUIN savait faire et NKM n'est elle pas en train de faire la même chose chez Les Républicains? Sortir du cadre de référence n'est-il pas la solution pour faire progresser les politiques et les institutions?

La solution des enjeux territoriaux est dans la diversité et l'adaptation locale.

On nous pardonnera l'angle d'attaque provocateur, trop facilement anti-système. Mais compte tenu du tir de barrage servile subit par Jean-Pierre MASSERET de la part de ses camarades de parti ( Christian PIERRET, n'a-t il pas été jusqu'à dire que c'était " une stratégie pitoyable. Une destruction du PS et de la notion collective"). On peut toujours s'interroger si la défense des valeurs républicaines doit mener à un déni de démocratie, à la disparition de la diversité politique lors d'une élection proportionnelle, y compris lorsqu'elle est primée au dominant?

Francois-Xavier HUGUENOT qui avait lui même franchi le Rubicon en se maintenant aux législatives de 2012 face aux écologistes qui s'étaient officiellement vu réservés la circonscription, soulignait sa "monumentale erreur politique" lors de son maintien au second tour.

Ce candidat spinalien malheureux aux dernières cantonales n'en reste pas silencieux pour autant. Concernant l'organisation des régionales et des seconds tours, même s'il s'est déclaré soulagé par les résultats il n'en est pas pour le moins malheureux de cette organisation poussive. "L'entre deux tours aurait du permettre de créer des listes communes, comme le proposait Sandrine BELIER des écologistes. Mais ni Richert ni Masseret ne l'on souhaité. C'est une organisation qui doit être discutée avant les élections, entre républicains".

Les bobo parisiens font carpette

Oscillant entre la rigidité maladroite et le contact sympathique, l'ancien Président MASSERET est parvenu avec son maintien à faire oublier la maladresse de la consultation lorraine sur la gare TGV de Vandières début 2015; le "pacte lorrain" godillot mais inefficace, une fiscalité et des dépenses de communication en constante croissance dans une région qui souffre économiquement depuis longtemps. L'archonte mosellan s'est revendiqué "candidat des citoyens libres" et n'en a rien à faire de se faire exclure du PS, dont il a fait passer les responsables de campagne pour de braves bambins inconséquents du haut de ses 71 ans. Et comme il n'a donc pas eu tout à fait tort, les bobo parisiens font maintenant carpette. Ainsi pour faire balance ( ou faire oublier..) son article très critique de l'entre deux tours, L'Obs a publié une rubrique presque dithyrambique de Masseret, le reconnaissant comme un champion et saluant sa capacité de résistance (http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/elections-regionales-2015/20151212.OBS1253/regionales-dans-le-grand-est-masseret-a-fait-de-la-resistance-et-gagne-son-pari.html). Cela doit correspondre à des excuses pour un journal d'opinion croupion. Conclure par "ce n'est pas un homme de parti au sens classique du terme" revient à reconnaitre la diversité respectable existante dans chaque parti de la Véme. Typiquement les appareils nationaux se sont affolés sinon agités instinctivement alors que la 3éme voie existe. Surtout dans une assemblée territoriale et quand on connait l'instabilité des élus souverainistes.

Qui a écrit que les partis jouaient tous à se faire peur?

A.V.P.

Commenter cet article

AVP 17/12/2015 07:54

C'est juste. C'est burlesque comme situation, non? Voyons si elle a le courage d'assumer ses opinions...

Marie 16/12/2015 15:21

Au lendemain du premier tour des élections régionales, Pernelle Richardot avait pris la tête de la fronde contre Jean-Pierre Masseret, en allant déposer à la Préfecture le désistement de 71 colistiers afin de demander le retrait de la liste PS, et donc de sa propre candidature. La liste ayant obtenu 19 sièges, Pernelle Richardot siègera donc au conseil régional de la région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine "malgré elle". Signez cette pétition http://www.mesopinions.com/petition/politique/pernelle-richardot-demissionner-conseil-regional-alsace/17339 pour qu'elle démissionne du conseil régional !