Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par PBO

 Régionales: que de perdants..

La débâcle tant crainte et agitée comme un chiffon rouge devant les électeurs n'est pas arrivée dans le Grand Est. Jean-Pierre Masseret dans ses certitudes isolées a eu raison de se maintenir à l'encontre de l'avis du secrétariat national, affolés comme des poules par l'odeur du renard le long de la clôture. La preuve de l'inefficacité des discours de principe des appareils nationaux sur un électorat fondamentalement responsable.

Pourquoi tant d'incompétences?

Un PS jacobin inconséquent, une direction contestée, discréditée sur sa gauche, tutoré par un pouvoir exécutif honteusement coerciteur, à bout de souffle et qui tente de rebondir par une politique du "coup de menton" militariste après chaque attentat (l'Opinion), quand il ne tente pas de se réapproprier stratégiquement les valeurs républicaines pour s'ériger en caution morale.

Des partis identifiés traditionnellement de "droite", divisés, confus et aux messages inadaptés aux enjeux territoriaux. Cornaqués par un ancien président aux casseroles gargantuesques, ils ne parviennent pas à se fédérer autour d'une dynamique conquérante et l'espoir d'un véritable programme d'avenir.

Des souverainistes contestataires incapable de passer le cap du coup de gueule. Impuissants avec leurs programmes nationaux politiques et économiques interventionnistes inadaptés aux territoires. Des épouvantails agités par le bi-pouvoir pour se faire des frissons dans le dos à chaque échéance électorale.

La suffisance des politiques, qui sont les premier à se défier des électeurs, peine à dissimuler un taux d'absentéisme préoccupant, manifestation du désintérêt d'un français sur deux pour la citoyenneté et ses contraintes. Pour une cinquième dans laquelle ils ne se retrouvent pas.

Toucher le fond pour remonter

Tout cela préfigure de la fin de la répartition du pouvoir bi-partisan, de la caste des élus de métier qui fleurent bon le clientélisme quand on ne tombe pas dans le copinage indécent de la technostructure. Le bi-partisme institutionnel va s'écrouler sur lui même, par la conséquence de l'indigence et de la flétrissure. En relève on va trouver les familles trans-genre: les souverainistes de gauche comme de droite qui s'arc boutent sur le "c'était mieux avant" et l'antimondialisme, et les européens sociaux-démocrates qui font dans le politiquement correct mais surtout qui "font avec". Qui font avec contrition et silence. Avec le poids disproportionné de la technostructure, avec l'absence d'autonomie budgétaire, avec la contestation anti-système, avec l'impossibilité d'inscrire un projet de société innovant...

Seule solution: aller plus loin dans la démocratie, réduire le poids des technostructures, des appareils politiques et des lobbies. Après le non-cumul des mandats il faut inscrire dans le marbre l'absence de doublonnage des mandats ( pas de réélection possible au même poste) en finir avec les rentes de situation de la vie politique. Et si cela ne suffit pas, la remise en cause en cours de mandat des élus doit pouvoir être obtenue, y compris leur responsabilité financière personnelle en cas d'erreur manifeste dans le cadre de leur mandat. Pour lutter contre l'absentéisme, le vote par internet avec authentification préalable doit être mis en place le plus rapidement possible, et le recours à la démocratie directe le plus souvent possible. Les électeurs sont des adultes majeurs et rationnels, capables de se prendre en main pour des décisions courageuses et d'assumer leur choix. L'envoi de colons tirés aux sort au sein des cités grecques de l'antiquité était une soupape de sécurité contre la pression intérieure, et un bon moyen de s'assurer de comptoirs alliés pour le négoce transméditerranéen. Ce n'est plus possible de nos jours, mais l'extraterritorialité des structures sociales représentatives devrait être la prochaine étape de la démocratie.

P-B OLLIVIER

LES RESULTATS 2015 des régionales dans les Vosges:

Philippe Richert (LR-UDI-MODEM) : 55,99%. Sont élus dans les Vosges:

Gérard CHERPION, Député des Vosges et Conseiller Régional sortant

Elisabeth DEL GENINI, Adjointe au Maire d’EPINAL

Daniel GREMILLET, Sénateur, Conseiller Régional sortant

Véronique MATHIEU, ancienne Députée Européenne

Yves SEJOURNE, Maire de Mirecourt

Anne-Marie ADAM, Retraitée, ancien Agent hospitalier

David VALENCE, Maire de Saint-Dié-des-Vosges

Florian Philippot (FN) : 24,45%. Seront représentants au conseil régional: Jordan GROSSE-CRUCIANI, Marina DO SANTOS, Pascal JENFT.

Jean-Pierre Masseret (Divers Gauche) : 19,56%. Jean-Marie LALANDRE et Hélène COLIN représenteront les divers gauche des Vosges .

Commenter cet article