Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par PP

Un parfum de Nuremberg...Trop fort!

Un parfum de Nuremberg...Trop fort!

Personne ne s'attendait à un film d'auteur de la part de J.J. ABRAMS le réalisateur de Starwars VII. Mais les amateurs comme les néophytes peuvent se sentir déçus par cette soupe. Oups! Pardon! Par ce septième exemplaire de la série, qui bat malgré tout des records de fréquentation dés son lancement ( meilleur démarrage pour un film américain en France avec 3 801 235 billets vendus en une semaine). Disney est passé par là avec son marketing et sa communication rodée. On assiste à une nouvelle démonstration de recyclage grand public et opportuniste ( inodore et incolore) de succès du fantastique, de la science-fiction ou des contes de fées. Non pas que l'interprétation des jeunes acteurs anglais Daisy Ridley et John Boyega soit particulièrement mauvaise. Rey, pilleuse d'épave sur Jakku, parait crédible dans son jeu de jeune survivante endurante et tonique. Un peu moins en tant que nouveau membre de la force auto-initiée et sabreuse d'instinct. John Boyega de son coté est un peu puéril et superficiel dans son rôle de stormtrooper déserteur, on aurait pu attendre un peu plus de profondeur dans la composition de ce renégat inattendu. Mais dans la masse des conflits et luttes diverses cela passe, on fait avec. On découvre le visage du fils de Han Solo et Leïa, Ben lui aussi assez jeune et inexpressif.

La nouvelle Audrey Pulvar en interview

La nouvelle Audrey Pulvar en interview

Les acteurs ont vieillis...Mais le scénar n'a pas d'excuse!

Moment éprouvant dans la salle à la découverte de Carrie Fisher en Leïa avec 50 ans de plus. "La vache! Elle ne s'est pas arrangée!" s'est exclamé impoliment mon voisin. Harrisson Ford essaye de trotter dans la campagne comme dans le bon vieux temps, mais c'est poussif. Une intrigue primaire ( retrouver Luke Skywalker; exploser une super étoile noire bis qui détruit 5 planètes d'un coup; ramener à la maison le jeune Ben Solo-Kilo Ren, etc...), peu de dépaysement ou d'humour, des robots programmés comme des animaux de compagnie, des extraterrestres au latex mal travaillé, des méchants sans ampleur ( Snoke et les chevaliers Ren ) beaucoup trop d'actions et de batailles qui sentent le réchauffé numérique, et parfois la naphtaline. Limite téléfilm. On pouvait espérer mieux. Et malgré le forcing de Disney (sur les exploitants de salle pour améliorer la rentabilité de son film), je vous déconseille le 3D qui n'apporte pas grand chose à la qualité du ressenti. On a juste pleuré pour Han Solo ( Harrison F. dans un comeback poussif qui transmets la petite flamme aux nouvelles générations... On est repartis pour 30 ans! Que le Dieu des blockbuster soit avec Disney!). C'est dur pour un père d'être mortellement déçu. Pour une fan aussi.

Pythie PAUNAY

And the niou Badboy is....Spoill devant!And the niou Badboy is....Spoill devant!

And the niou Badboy is....Spoill devant!

Commenter cet article