Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par AVP

Artistes, jongleurs et cavaliers pour le plaisir de tous

Artistes, jongleurs et cavaliers pour le plaisir de tous

7 représentations qui se sont pratiquement jouées à guichet fermé et donc un grand succès pour le nouveau spectacle de la Compagnie Pagnozoo, Boléro, qui amalgame 12 chevaux et une dizaine d'artistes en nous plongeant dans son monde imaginaire et surréaliste, transporté par une musique de cuivres et cordes endiablée . Deux chapiteaux associés l'un prés de l'autre au port ( avec celui de Zinc Grenadine) qui partagent des collaborations et un passé commun puisque comme le précédent spectacle de la compagnie " Emmène moi" la mise en scène a été réalisée par Clair Arthur, ancien président de la manifestation régionale du livre jeunesse.

Un village de tente multiculturel et métissé

Compagnie créée en 1983 dans la mouvance des "nouveaux courants" du cirque et de la rue, Pagnozoo a toujours associé musique cirque et chevaux avec une touche de merveilleux dans ses différents spectacles à succès. Parfois proche de la mise en scène du Cirque du Soleil, manifestement dans la mouvance de Bartabas-Zingaro, les spectateurs au sortir étaient enthousiastes. Pour Alessandro qui avait été voir le spectacle Zingaro à Versailles, la préférence est nettement pour Pagnozoo. " La proximité avec les chevaux et les acrobates, le rythme intense qui laisse la place à des moments de calme et d'émotion, une forme de poésie sans prise de tête ni grosse tête. C'est à l'échelle humaine et bien mieux".

"Ce n'est pas du cirque"

Pour Serina d'une douzaine d'année "ce n'est pas du cirque, c'est de la haute voltige avec une mise en image et en musique théatral. Peut être trop. De toute manière j'adore le cheval, et ils sont trop beaux." Le spectacle proposé par Scène Vosges a offert une fantasmagorie d'hommes et animaux digne de l'univers fantastique d'un Jérôme Bosch. La flamboyance et l'atmosphère sensuelle du spectacle ne doit pas nous faire oublier la somme de travail des animaux et des hommes concrétisée dans cette oeuvre. Chapeau bas devant les artistes.

A.V.P.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article