Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Rédaction

Le quatuor Arlequinte

Le quatuor Arlequinte

« Leçons de ténèbres » par l’ensemble Arlequinte

Dimanche 17 avril le quatuor international Arlequinte se produira en exclusivité et pour un concert unique à Epinal en l'Eglise Saint-Antoine. L'occasion de retrouver une enfant du pays qui a fait du chemin malgré son jeune âge, la soprano Caroline Michel, mais aussi de découvrir la musique baroque peu commune de Couperin à Charpentier, de Marin Marais à René de la Cheze.

Leçon de musique et de religion

L’Office des Ténèbres est l’office des matines & laudes du Triduum pascal ( les trois derniers jours de la Semaine Sainte) institué dans les rites religieux au VIème siècle. Dans le rite romain, cette longue prière de veille nocturne s’est organisée en 2 parties principales qui pouvaient être réunies ou disjointes, l’office de la nuit proprement dit (les nocturnes) et l’office du matin, lequel se chantait très tôt, au point du jour, lorsque la nuit cédait aux premières lueurs du soleil. L’office proprement dit se compose d’une alternance de lectures des Lamentations du prophète Jérémie et de Réponds de provenances diverses. D’abord chantés à capella dans les monastères, ces textes sacrés ont été illustrés par pratiquement tous les compositeurs de la Renaissance et au XVIIème siècle, notamment en France, et ont fait l’objet d’un développement particulièrement apprécié à la Cour : La Leçon de Ténèbres.

Intrigant Office

Une cérémonie toute particulière marque le chant des offices des Ténèbres et contribue à conférer à celui-ci un caractère inhabituel : un grand chandelier – appelé triangle ou herse – est placé dans le chœur côté épître et porte 15 cierges. Après la reprise de chacune des antiennes de l’office (il y en a 15 ), on éteint un à un chacun des cierges, sauf le 15ème, qui symbolise le Christ, peu à peu délaissé par ses disciples ( les 12 apôtres, Marie Madeleine & Marie de Cléophas) ; à la reprise de l’ultime antienne, ce dernier cierge est placé sur l’autel. Le Concert proposé par la suissesse Barbara Hunninger à la viole de gambe ( ancêtre du violoncelle), Antoine Bonardot au clavecin, Marie Remandet et Caroline Michel en tant que sopranos est une évocation de rites ancestraux sur les airs "d'O Amor" et "Tristis est Anima Méa" de Marc Antoine Charpentier, "les idées heureuses" de François Couperin, "les voix humaines" de Marin Marais ou des "extraits des larmes de Sion" de René de la Cheze. Ne doutons pas que dans le cadre de l'église Saint-Antoine ce registre sera des plus harmonieux, évocateur et mystique, et qu'il ne s'adresse pas seulement à un public d'initiés, mais aussi d'amateurs de musiques riches d'histoire.

Tarif: de 10 à 7 euros

A.V.P.

Concert d'Arlequinte le 17 avril à Saint Antoine

Commenter cet article