Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par AVP

Une exposition faite pour un public de fidèles et de découvreurs
Une exposition faite pour un public de fidèles et de découvreurs

Une exposition faite pour un public de fidèles et de découvreurs

Après la thématique des "R-évolutions" intitulé "Tout change ...Ou pas" dans le cadre des Imaginales de mai, la Fête des Images et le Chemin du même nom en juin, le Musée municipal propose jusqu'à l'année prochaine sa dernière exposition d'envergure intitulée "Ombres chinoises et autres variation". Une exceptionnelle présentation qui a mobilisé les 20 collaborateurs de l'établissement pendant prés d'une année, pour regrouper harmonieusement des œuvres de toute la Lorraine, de Strasbourg, de Marseille, Lyon et Paris, mais aussi des compositions contemporaines dans une scénographie géniale et accessible aux volumes animés.

Une exposition vivante et variée

"C'est déjà très dur de rendre vivant de l'illustration. Mais en plus, le faire avec des ombres! Le résultat est époustouflant. Et pourtant j'en ai vu des expositions d' images anciennes dans ma vie de spinalien" atteste René Lamielle, le chocolatier bien connu. Michel Heinrich ne s'y est pas trompé lors de l'inauguration au devant de 150 amateurs alors qu'il félicitait toutes les équipes qui avaient contribuées à cette nouvelle variation, et tout particulièrement la conservatrice Martine Sadion investie avec intensité pour boucler au plus tôt la mise en place.

Une confrontation entre des témoignages de l'histoire et de la modernité

Initiés à la fin du XVIIIème siècle avec le théâtre parisien et familial de Séraphin, les jeux d'ombres imprimés ont été diffusés par les Imageries de l'Est de la France dés 1843, au point de devenir une thématique à part entière, développant à leur manière les mystères, l'exotisme asiatique , les parodies, les drames ou le burlesque. Découpées, mises en volume, utilisées en transparence, les jeux d'ombres ont fait la joie de familles entières, sollicitées par les colporteurs entreprenants et chamagnons divers qui quadrillaient la campagne. 28 Illustrations d'époque ont ainsi été mises en perspectives, avec d'autres témoignages picturaux, musicaux ou vidéos qui renforcent le contexte ou les messages.

4 photographes contemporains en reprise de la thématique

Teun Hocks, Karen Knorr, Catherine Poncin, Jacqueline Salmon sont aussi représentés par l'affichage de l'une de leur composition dans le cadre de l'exposition. " Je fais un travail sur la mémoire et le patrimoine entre Paris et Tanger depuis plusieurs années" atteste la photographe Catherine Poncin présente au vernissage. " L'empreinte. L'autoportrait sur un territoire, à un instant donné, avec une ombre volontairement mise en avant, sont des témoignages figuratifs que je recherche et j'enregistre. C'est une alternative à mes expositions permanente de Rabbat et Paris à la galerie des filles du calvaire, qui jouent plus particulièrement sur un registre de transformation et de recomposition d'éclats de photos"

A.V.P.

Photo expo: Des surprises et de l'originalité à chaque allée

Photo Bougies ombre+ Ombres pavillon: Effets de lumière et effets de volume ne sont pas oubliés.

Photo Cath Poncin: La photographe parisienne Catherine Poncin

En supplément si besoin:

Photo Musée Image

Photo Les Ombres affiches

Commenter cet article