Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par AVP

Une publicité angélique, à la limite d'une histoire de Martine chez Vosgelis

Une publicité angélique, à la limite d'une histoire de Martine chez Vosgelis

Le contrat Sérénelis qui prévoit la prise en charge financière des petites réparations par Vosgelis en contre partie d'une somme de 9 euros par mois ( 108 euros par an) dés le 1er janvier 2017 a fait l'objet de nombreuses critiques d'usagers. En première ligne l'Association de Défense des Usagers Lorrains ( ADC 54- Lorraine) et son Président Guy Grandgirard ( Ancien président régional de l'UFC-Que choisir ) bien connu pour ses interventions médiatiques et son expertise en matière de consommation. Tenter d'imposer une prestation de service complémentaire à l'ensemble des locataires juste avant les vacances, ce n'est pas du goût de nombreux locataires qui estiment qu'on leur force la main.  C'est guy grandgirard pas claude... et c'est l'ADC pas l'UDC.

Des associations d'usagers peu représentatives

Des associations d'usagers peu représentatives

Des propos estimés diffamatoires

En conférence de presse la semaine précédente, Vincent Henneron directeur général de l'Office Public d'Habitat a annoncé avoir saisi la justice par le biais de ses avocats Maitres Welzer et Stephan, convaincu qu'étaient tenus des propos diffamatoires à l'encontre de son établissement. La direction de Vosgelis affirmait dans nos colonnes que Serenelis est une prestation multiservice pour apporter une solution aux problèmes de la vie courante des locataires. L'opposition manifestée par certains locataires s'apparentant à de la diffamation. L'entreprise avait donc vu "son honneur terni ainsi que celui de leurs collaborateurs".

"Une propagande maladroite"

"Ils nous font un bien grand honneur de parler de nous en si mauvais termes et avec autant d'acharnement. Effectivement Vosgelis est en droit de proposer un contrat d'adhésion multiservice" reconnait Jean-Louis de l'ADC 54 " mais le moment choisi et les délais pour refuser ( juste avant les vacances et avant 2 mois) sans compter la manière de faire sont stupéfiants. On a l'impression d'avoir une entreprise privée devant nous, avec tout un éventail d'outils marketing pour passer en force. Et plus du tout un logeur social. Je suis effaré face à tout cet argent et ce temps investis dans la communication ". Et d'énumérer la colère et mobilisation des locataires qui refusent une telle adhésion ( 2500 suivant Vosgelis mais sans détail sur les conditions de régularité de la sollicitation). " On a ouvert un espace de parole. Nombre de locataires nous ont raconté les problèmes techniques qui ne sont pas réglés ou en attente depuis longtemps dans ce parc de 17 326 logements. Transférer à d'autres ses responsabilités techniques n'est pas une solution. A titre d'exemple, on doit changer nous même nos robinets de 40 ans d'âge. On est lassés d'attendre le passage d'un technicien pour un robinet à 15 euros. C'est un ressenti concret, du terrain, pas des statistiques ou du langage magique".

"A brasser du vent ils récolteront la tempête"

" En mettant en avant, dans leurs dépliants et affiches des associations de locataires, dont la représentativité réelle est soumise à caution ( il faut relever qu'il n'y a eu que 3050 votants aux dernières élections pour l'élection de représentants ) ils nous racontent des histoires. Et après, c'est du matraquage médiatique: 3 séries d'affiches différentes ont été mise dans les espaces communs pour leur "contrat" sans compter les courriers ( même si nombre de locataires n'ont rien vu). Et des conférences de presse avec convocation des médias, et des menaces d'agir en justice... Les plus sereins dans cette histoire c'est nous, les défenseurs des locataires. On n'a pas de moyens, on ne fait qu'informer et de s'interroger. En tant qu'ancien administrateur je peux dire qu'on est là pour défendre le logement social pas pour tuer Vosgelis. Autant dire qu'on n'a rien à se reprocher. C'est pourquoi nous mettre sur le dos du dénigrement et de la désinformation, c'est essayer d'avoir le dernier mot faute d'arguments ou de volonté de conciliation. Parler de "défendre l'honneur d'une entreprise" est risible. Tout au plus peuvent ils tenter de regagner en crédibilité à nos yeux en n'imposant pas une telle clause antisociale et en laissant le libre choix aux locataires. Il est immoral de faire croire qu'ils songent aux personnes vulnérables, aux locataires aux fins de mois difficiles. C'est surtout un objectif de 1,8 millions de chiffre d'affaires en plus chaque année qu'ils y gagnent. Et ils n'ont pas envisagé de les perdre. "

Un peu de bon sens?

"Il est certain qu'il peut y avoir des gens intéressés par des services à domicile mutualisés. Mais l'imposer à tous les locataires ( personnellement je me débrouille tout seul ) c'est une erreur pratique et sociale qui devient une faute lourde de communication. A court d'alibi, Vosgelis invoque la validation de principe d'UFC-Que Choisir, qui ont un contentieux avec leur ancien Président Guy Grandgirard. Qu'on nous montre leur courrier, voir s'il répond à toutes les attentes des locataires. Je regrette qu'on tombe dans les travers bien connu des organisations humaines. On fait taire les messagers, on tire sur les porteurs de mauvaise nouvelle, c'est une tare française bien connue. Dans le social, c'est nouveau que la pluralité d'opinion, que la diversité ne soit plus requise ni préservée". Il serait intéressant d'entendre les voix des Président de Vosgelis et du Conseil Général à ce sujet... 

A.V.P.

Jean-Luc Didelot est serein, les locataires continueront à être défendus.

Jean-Luc Didelot est serein, les locataires continueront à être défendus.

Commenter cet article

moi 09/12/2016 17:10

C'est guy grandgirard pas claude... et c'est l'ADC pas l'UDC... Bref.

A.V.P. 11/12/2016 21:39

C'est juste et c'est corrigé! Un excès de drogues dures dans son jeune âge... Merci