Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Rédaction

Les éleveurs perturbateurs ont expliqué leur présence à la Police

Les éleveurs perturbateurs ont expliqué leur présence à la Police

On a rarement vu cela sur la Place des Vosges. 3 manifestations "citoyennes" au même moment un vendredi soir, et pas des moins bruyantes. A l'origine un rassemblement de soutien des écologistes au Président de Biodiverst'Haies88, Dominique Humbert, victime d'une pétition en ligne des plus agressive. En réaction, outre une trentaine de motards des "Vosges à moto" on trouvait face à eux les éleveurs caprins et ovins et l'Association pour l'équilibre et le développement du Massif Vosgien ( AEDMV) qui ont fait sonné les cloches de leurs bêtes -fortement amplifiées par un matériel sono puissant- pendant près d'une heure au grand déplaisir des consommateurs des terrasses des brasseries qui ne s'entendaient plus. Il s'agissait pour les éleveurs de rendre leur monnaie de leur pièce aux différentes associations écologiste qui avaient appelé à perturber le décompte des loups par hurlement provoqué.

Les éleveurs et motards unis dans une anti-manif spontannée

Les éleveurs et motards unis dans une anti-manif spontannée

Des éleveurs "des hauts" bien remontés

"Les écologistes du dimanche on en a marre. Les agités du bocal qui ne cherchent qu'à assurer leur publicité personnelle et qui sont opposés à toute activité humaine dans notre région, maintenant on dit stop! Ils ne sont pas tous seuls, ils nous trouveront en face d'eux à chaque occasion. Nous, on y vit en famille dans nos montagnes et ce n'est pas une résidence secondaire. On y travaille toute l'année. Que l'on soit lourdement obligés d'assurer la sécurité de nos troupeaux parce que des inconscients et doctrinaires de l'écologie on réintroduit en catimini des loups , c'est un vrai scandale qui n'a même pas déclenché de poursuites. Aujourd'hui, la collectivité en général et nous en particulier on paye les utopies rétrogrades de néogauchistes recyclés en écologistes de façade". Le discours d'Alain est clair: que les écologistes restent chez eux et ne perturbent pas la vie des vrais montagnards. "C'est un scandale. Une bête sur deux seulement est reconnue comme potentiellement victime du loup. J'en ai eu deux de touchées en mai et je ne suis toujours pas indemnisé" atteste Bruno à La bresse." J'ai encore une brebis qui a été attaquée en juillet et Jean-Yves a eu un bélier tout récemment. Cela fait plus de 10 attaques en 2016 dans nos vallées, alors que le gros des attaques se sont déplacées dans la plaine et en Meurthe et Moselle"." J'en ai eu plus de 30 de tuées à Basse sur le Rupt. Le loup est un fléau" confirme l'éleveur voisin " Et je ne suis toujours pas payé des sinistres reconnus de 2015". Pour les éleveurs on décompte 9000 attaques de bétail depuis 2015, mais l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage ( ONCFS) est très restrictif dans la reconnaissance des agissement du loup. "Une sur 2 n'est pas reconnue, le manque à gagner nous tombe dessus. Expliquez moi pourquoi les tirs de prélèvements sont autorisés en Lozère alors qu'ils ont moins d'attaques qu'en Lorraine" s'insurge Bruno. " Et maintenant les écolo s'érigent en victimes! On aura tout vu!".

C'est la confrontation finale en Préfecture

C'est la confrontation finale en Préfecture

Confrontation musclée ou taquinerie de mauvais aloi

Les motards présents se sont finalement associés au stand des éleveurs, d'abord en silence ( bruit des cloches oblige) et pacifiquement. Pour Yohan, un trentenaire casque au bras, c'est d'abord par curiosité qu'il est venu. " C'est pour me faire mon opinion. Je voulais voir de plus prés ces écologistes qui veulent nous empêcher de rouler en rallye ou à plus de 70 sur le massif. Si on les laisse faire, on ne pourra bientôt plus rouler nulle part. C'est la tendance actuelle au "tout répressif-zéro risque". Il est nécessaire d'être vigilant et de savoir se mobiliser. La pétition de Jean de La Bresse je ne la connais pas, je ne l'ai pas vue. Et quelque part, on s'en fout. J'ai surtout l'impression que c'est un argument pour les écolo d'essayer de faire parler d'eux et rebondir à la rentrée". Une présence qui se voulait à l'origine dans un bon état d'esprit. Mais la représentation d'une vingtaine de motards à ensuite "poursuivi" les écologistes sur le trottoir de la Préfecture ou ils s'étaient exilés pour tenir tribune. " On va les pourrir ces ayatollahs de l'écologie" déclarait en rigolant un motard. Débuté dans le calme sur les marches de la Préfecture le rassemblement s'est vite envenimée. Le discours tenu par l'organisateur Antoine Chonion ne semblant pas plaire, les gros cubes ont vrombit. Ce qui a échauffé les mentalités des deux parties et donné l'occasion d'échanger des noms d'oiseaux. Ce qui peut se comprendre avec des amateurs de l'observation animale. La confrontation s'est achevée avec les départ de la vingtaine de partisans de Dominique Humbert vers le Parc du Cours ou ils ont pu finalement déclarer leur solidarité avec Dominique et la lutte de tous les instants pour la liberté d'expression et d'opinion.

A.V.P.

Commenter cet article