Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par AVP

Qui vivra verra

Qui vivra verra

Entre 78.000 –selon la police– et 170.000 personnes –selon les organisateurs– ont défilé jeudi partout en France pour exiger une nouvelle fois l’abrogation de la loi Travail. Les vosgiens ont aussi manifesté puisqu'on pouvait dénombrer place Foch jeudi dernier 300 personnes de l'intersyndicale mais aussi des partis politiques. Pour la première fois des représentants du parti Communiste Français ( PCF) défilaient en queue de cortège derrière leur banderole. Une politisation qui peine à mobiliser les opposants d'une Loi qui a été passée au journal officiel du 9 aout 2016 après sa validation par le Conseil Constitutionnel.

Une délégation de FO importante

Une délégation de FO importante

"Défendre les acquis des anciens"

Pour Jacques jeune retraité de l'éducation nationale, il fallait être là pour "les jeunes, nos enfants, pour les représenter car ils ne peuvent se libérer de leur travail. Mais c'est aussi pour défendre les acquis des anciens. Le progrès social pour lequel ils se sont battus et qui part maintenant en capilotade". Pour Patrick qui se balade avec son drapeau FSU à l'épaule c'est l'inversion des règles qui est choquante: " on commence avec le privé et après ce sera le tour du public. A force d'assouplir le Code du Travail, le salarié ne peut plus s'en sortir. Plus de visite médicale obligatoire avant embauche avec un médecin, c'est scandaleux! Et seulement tous les deux ans ensuite. La négociation collective en entreprise c'est bien joli. Mais les patrons ont tous des syndicats fantoches et des chiens jaunes sous la main et ils vont en profiter. C'est la porte ouverte aux licenciements abusifs par millions. Et qui paiera nos retraites alors? Les robots?"

Les partis politiques entrent en scène

Les partis politiques entrent en scène

Continuer la lutte malgré tout

Jocelyne et Patrick sont tout aussi remontés et d'accord pour poursuivre la lutte. " Même si la Loi est passée, on demande l'abrogation. Ce n'est pas un déni de démocratie comme on nous en a accusé, puisque les syndicats ont été court-circuités. Il n'y a pas eu négociation, le déni il est au gouvernement et au PS. C'est sûr qu'on est en réaction, en aversion à un comportement social-traitre mais pas que! Il va falloir se battre entreprise par entreprise, jour après jour pour empêcher les excès. Ce qui n'existait pas avant avec les accords de branche. Ce sont les employés des TPE qui vont souffrir et voir reculer leurs droits, et on attends que leurs inquiétudes se concrétisent par un vote massif pour FO aux prochaines élections".

Les décrets d'application ne sont pas sortis

Pour Franck Patin de FO le combat continue: " on va passer de la rue aux entreprises. Au fur et à mesure des décrets d'application, les salariés se mobiliseront à nouveau". Des rebondissements probables de semaines en semaines car de nombreux textes seront publiés d'ici la fin de l'année 2016. D'après les chiffres du Sénat, plus de 130 décrets et arrêtés sont attendus dans les semaines à venir. Un saucissonnage qui ne devrait pas faire désarmer les syndicats de si tôt.


A.V.P.

Arrivée place des Vosges

Arrivée place des Vosges

Commenter cet article