Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par AVP

Manifestation des déboutés du droit d'asile en Préfecture

Manifestation des déboutés du droit d'asile en Préfecture

Après le collectif vosgien des sans-papiers qui s'insurgeait contre les mesquineries et dysfonctionnements de l'administration en charge de l'accueil des demandeurs d'asiles en septembre, c'était au tour de Karim Delmi et de l'association d'Est Solidarité aux étrangers de manifester leur insatisfaction devant la Préfecture, vendredi de la semaine dernière.

 

Karim Delmi en soutien aux demandeurs d'asile

Karim Delmi en soutien aux demandeurs d'asile

Des familles jettées à la rue                                                                                                                                                                                                                      Soutenus par la Ligue des Droits de l'Homme, une délégation d'Est Solidarité s'est affichée avec une soixantaine de personnes sur le parvis de la Préfecture, dans l'attente d'être reçus en délégation par l'administration. Pour Karim Delmi, qui se veut le défenseur des droits des déboutés, de nombreuses maladresses et disfonctionnements des organismes agréés ont pu être constaté par les militants et les bénéficiaires. Mais plus encore, des ressortissants de pays considérés maintenant comme sûrs ( comme l'Arménie ou le Kosovo) sont maintenant "invités" à laisser leurs logements à d'autres requérants, dont certains venant de Calais. A défaut de quoi ils seront expulsés, conformément à la Loi N° 2015-925 du 29 juillet 2015 relative à la réforme du droit d’asile. "Une dizaine de familles du foyer de la rue de Cendrillon ont reçu une sommation pour quitter les lieux le 15 octobre" affirme Jean-Louis du collectif des sans-papiers des Vosges

Une délégation a été reçue par l'administration d'état

Une délégation a été reçue par l'administration d'état

Une régularisation des dossiers est demandée                                                                                                                                                                                             " Il a été demandé à l'administration préfectorale de réexaminer la situation d'une cinquantaine de dossiers qui présentent des incohérences dans le parcours de vie ou des erreurs de traductions. Les bénéficiaires ont été déboutés et sont contraints de vivre dans la clandestinité, alors qu'ils souhaitent une régularisation" certifie le représentant d'Est Solidarité. Une situation problématique quand on sait que 95% des déboutés restent dans la clandestinité  en France suivant le rapport de la Cour des Comptes de 2015. Ce qui produit une précarité qui mets des familles entières dans la misère. " Notre association se mobilise pour le soutien des familles  qui sont les victimes du chiffre et des quotas de l'immigration" déclare Karim Delmi. " On nous a assuré que tous les dossiers seraient réétudiés par la Préfecture".

A.V.P.

Commenter cet article