Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par AVP

Il est loin le temps des bains de soleil

Il est loin le temps des bains de soleil

Exposition contrastée au Centre Culturel d'Epinal. Photographies d'art aux murs, sensuelles, osées, graciles dans un style rappelant du Hamilton. Et brutalité de sculptures sauvages à base de mannequins martyrisés, chevillés et cloutés, repeints de noir ou d'inscriptions du mur de Berlin ou de revues de Métal punk. Tout s'explique avec les deux artistes Pascal et Caroline qui se connaissent et s'apprécient, chacun dans son domaine mais avec en point commun le corps féminin.

Miss Dark Color et l'un de ses bébés

Miss Dark Color et l'un de ses bébés

Miss Dark Colors

D'une fragilité intérieure évidente, transformée en détermination artistique, Caroline n'hésite pas à se livrer à une analyse profonde de ses univers de mannequins "retravaillés". "Je me fais ma propre psychothérapie par l'art. J'exorcise avec ces petits délires toutes les pulsions et frustrations de mon inconscient ou de mon héritage familial. Je "relooke" mes mannequins que j'achète d'occasion sur la base de mes pulsions du moment, dans un style néofuturiste et décroissant, métal black et punk-rock. Et si j'expose la progression de ma recherche plastique, c'est dans une attente de reconnaissance et d'adhésion brute, pas dans une volonté de choquer. C'est du cash, je ne cherche pas à convaincre, à séduire".

Quelques unes des oeuvres de Miss Dark Color. A consommer avec modération...
Quelques unes des oeuvres de Miss Dark Color. A consommer avec modération...
Quelques unes des oeuvres de Miss Dark Color. A consommer avec modération...
Quelques unes des oeuvres de Miss Dark Color. A consommer avec modération...
Quelques unes des oeuvres de Miss Dark Color. A consommer avec modération...
Quelques unes des oeuvres de Miss Dark Color. A consommer avec modération...

Quelques unes des oeuvres de Miss Dark Color. A consommer avec modération...

Ca fait peur!

Interrogée sur sa démarche désinhibée , c'est sa logique de l'action qui s'impose: "Créer c'est une évasion jubilatoire qui me fait oublier le travail. Ce sont mes enfants ces poupées surcyclées. En temps normal j'expose cette fascination que j'ai du corps de la femme à Ramonchamp dans mon atelier. Mais je suis toujours en recherche de lieux en phase avec mes ambiances: festival, salles de spectacle, fêtes. Prochainement je vais effectuer une installation différente de mes modèles dans la nature, dans un cadre glauque et sympa, pour des séances de photo avec Pascal". Interrogée avec ironie sur son dernier séjour en maison de repos au vu de ses compositions elle précise "Je ne me déchaine que depuis l'âge de 30 ans. Que ce soit par le modelage, la transformation, la recomposition, la peinture ou la photographie. Depuis que j'ai arrêté le sport , chaque création est une performance qui provoque les mêmes sensations à base d'adrénaline. Je suis accro. J'aime aussi avoir peur, cela rassure de se savoir vivante". Dans ces conditions on peut comprendre la recherche perturbée de l'artiste à base de clous, de couteaux de cuisine plantés dans le corps, de démembrements et décapitations diverses. Etonnant que certains mannequins n'aient pas fait crier au scandale, par le renvoi à la société d'une image de femmes scarifiées et autodestructrices. Le politiquement correct et le consensualisme ne sont manifestement pas recherchés par l'artiste. Une fraicheur originale tout à fait respectable, même si le silence des oeuvres ( non baptisées ni commentées) n'est pas fait pour rassurer "Ca m'a fait peur dans la nuit!" s'exclame une secrétaire. "Elles me laissent froides. Elles sont trop éloignées de mes valeurs. Dures, froides et tourmentées " témoigne Valérie en visite dans la galerie du Centre Culturel.

"Une profession de foi " d'artiste des plus originale

"Une profession de foi " d'artiste des plus originale

Il est temps d'envoyer votre bébé chez le dermato Miss Dark!

Il est temps d'envoyer votre bébé chez le dermato Miss Dark!

Skapal devant ses compositions au Centre Culturel

Skapal devant ses compositions au Centre Culturel

Une seconde exposition dans l'exposition

Parallèlement aux mannequins et œuvres peintes de Caroline, Pascal Giet ou Skapal de son nom de photographe apparait presque sage sinon classique dans ses compositions accrochées au mur. "le corps féminin, le nu est notre point commun même si nous avons un traitement différent. Si Caroline travaille au déconditionnement de l'image de la femme, je suis plus en recherche de l'épanouissement de mes 60 modèles, qui sont principalement des non professionnelles, dans un cadre qu'elles ont choisi, une mise en scène issue de leurs univers. Dans la boue, au naturel, dans des paysages, quels que soient les corps il y a matière à les dépeindre. La thématique de ma recherche actuelle étant le repli sur soi. Je suis arrivé au nu photographique par l'aquarelle et le dessin que j'ai pratiqué pendant 25 ans. Faire de la photographie sur un papier d'aquarelle ou sur du bois, offre un rendu original. Même si je suis toujours en recherche pour trouver la meilleure formule d'impression". Un ancien élu passant au Centre Culturel qui le félicite pour l'image de dynamisme de ses photos, Skapal précise humblement que ce n'est que le jeu des objectifs de son Nikon D750. Des optiques lensbaby en 24/70 par exemple, à décentrement et à bascule. Cela permet d'obtenir des effets floutés magnifiés par le papier support qui rendent une sensualité remarquable." Il n'y a aucun retraitement des images. C'est la qualité du papier, le tirage en noir et blanc et les optiques qui donnent ce velours et cet effet dynamique et suave. Je ne suis pas photographe de métier mais j'anime à l'Académie des Arts la section photo.C'est pourquoi j'expose régulièrement à Epinal, dernièrement avec Graines de Culture. Je ne me cantonne pas à la photo, je suis un touche à tout. Je pratique aussi la peinture, la sculpture, la menuiserie. La vitrine est de ma composition par exemple"... Transfigurer le réel en respectant les originaux, voilà un idéal que tous les créatifs partagent.

A.V.P.

Skapal dans ses oeuvres
Skapal dans ses oeuvres

Skapal dans ses oeuvres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article