Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par AVP

Un soutien citoyen pour les policiers mécontents
Un soutien citoyen pour les policiers mécontents
Un soutien citoyen pour les policiers mécontents

Un soutien citoyen pour les policiers mécontents

Les photos de ce reportage sont volontairement imprécises pour éviter toute réutilisation et reconnaissance numérique des profils. Merci de votre compréhension.

Les délégués ont été reçus par le préfet

Les délégués ont été reçus par le préfet

Les policiers mécontents manifestent à Epinal

A nouveau dans la rue, les policiers et leurs soutiens ( retraités ou simples citoyens ) se sont rendus en délégation en Préfecture le 11 novembre dans la soirée. L'occasion d'insister sur le déficit de reconnaissance de leur travail et leurs difficultés opérationnelles, les carences de moyens juridiques et matériels pour accomplir leurs missions sans se mettre en danger ou être poursuivis, et le laxisme dans la gestion des délinquants multi-récidivistes.

Rassemblement autonome organisé sur les réseaux sociaux, une centaine de personnes s'étaient donnés rendez vous et ont attendu patiemment à l'extérieur du commissariat de police pour ensuite accompagner en délégation en préfecture les pétitionnaires.  6 policiers originaires des différents commissariats des Vosges, se sont dévoués pour rencontrer le Préfet Jean-Pierre Cazenave-Lacrouts, lui même ancien commissaire de police en Gironde.

 

Une centaine de participants qui ont bravé un crachin digne d'un bord de mer atlantique

Une centaine de participants qui ont bravé un crachin digne d'un bord de mer atlantique

Un dialogue constructif

La sécurité des policiers dans leur travail mais aussi chez eux était à leur principal sujet d'insatisfaction. " Les syndicats veulent faire une grêve du zèle. En parallèle à ces institutions, nous pouvons avoir des revendications pratiques et de terrain, nous voulons des décisions, pas des promesses ou des rendez vous nationaux" précise Alain qui se présente comme un policier "de base". "Des policiers assassinés chez eux et devant leur enfant, d'autres grièvement blessés par des jets de cocktail molotov ou renversés par des véhicules, la justice qui relâche le lendemain de leur arrestation des multirécidivistes qui nous polluent le quotidien... Tout se cumule. par ailleurs on ne devrait pas être obligés de respecter les règles de légitime défense qui s'appliquent à tous les citoyens depuis un siècle et pour notre quiétude ne pas s'identifier autrement que par notre numéro de matricule sur les procès verbaux. On est devenu des cibles, l'état doit assurer notre protection et celle de nos familles". Après 45 minutes d'audience, les délégués sont ressortis de la réunion avec le préfet avec un retour positif. Pour David " Le dialogue a été constructif. Les négociations avancent, on espère avoir du concret avant la manifestation nationale du 24 novembre. Il est plus prudent de voir comment va se dérouler le  plan Cazeneuve qui a été annoncé d'un montant de 250 millions d'euro."

 

Un accueil cordial, dans l'attente de mesures complémentaires constructives.

Un accueil cordial, dans l'attente de mesures complémentaires constructives.

Diversité des soutiens au mouvement de mécontentement

"Imaginez la situation de souffrance que doivent assumer certains fonctionnaires soumis à un stress constant" explique Thierry qui attends sagement dans le public avant d'aller se recueillir au monument aux morts de la place Foch. " J'ai un ami vosgien qui est en région parisienne, dans le 93. Il a été planquer sa famille dans l'Oise et il fait tous les jours 45 minutes de voiture pour prendre son poste. Idem le soir et il change de trajet tous les soirs pour vérifier s'il n'est pas suivi. Il a régulièrement été menacé de mort, et plusieurs fois agressé. C'est une situation anormale et invivable, et cela ne va pas s'arranger. Il ne résiste qu'avec l'espoir d'obtenir sa mutation l'année prochaine dans l'Est. Il est désemparé, limite burn out. Il a vraiment l'impression que les syndicats ou la hiérarchie se contentent de faire couvercle sur la cocotte, pour des motifs disciplinaires ou pour privilégier leurs propres promotions". Reinette la petite caniche blanche qui porte haut les couleurs nationales s'est réfugiée sur les épaules de son maitre qui écoute la conversation. "Elle est d'accord, comme son maitre. Mais il est temps de rentrer à la maison après une journée entière de manifestation cocardière". Pour Patrick qui vient seul de Fresse sur Moselle ou il fait de l'intérim, tout est la faute de l'Europe. "J'ai fait toutes les manifestations contre la Loi travail, et maintenant je fais celles de soutien avec la police. Demain je pars de bonne heure pour aller à Belfort écouter Francois Asselineau de l'Union Populaire Répubicaine. Son analyse est la bonne: on n'est plus maitre chez nous et on est manipulés par les américains et leurs systèmes de fonctionnement. On n'a plus de frontière, on n'a plus d'argent, une législation laxiste, comment la police peut s'en sortir dans ces conditions? Il faut rapidement quitter l'Europe comme les anglais et se réorganiser autour de valeurs républicaines et gaulliennes. La défense de la police et de leurs moyens c'est indispensable. Ce sont nos derniers remparts devant la barbarie".

 

A.V.P.

Commenter cet article