Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par AVP

Une soixantaine de personnes à la conférence de la maison de retraite Bon Repos

Une soixantaine de personnes à la conférence de la maison de retraite Bon Repos

 L’apnée du sommeil reste une maladie peu ou mal connue du grand public. Trop souvent sous diagnostiquée, elle frappe un nombre important et croissant de la population, jeunes et moins jeunes, les enfants étant de plus en plus diagnostiqués avec cette maladie. La Caisse primaire d'assurance maladie ( CPAM) associée à la CCAS d'Epinal co-organisait une conférence de Francine Lecomte, infirmière et technicienne du sommeil, à la maison de retraite Bon Repos la semaine dernière, afin de sensibiliser la soixantaine de personnes présentes à la détection des syndromes de l'apnée du sommeil.

Dans les pays développés, entre 1 et 4 % de la population présentent un syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS), soit environ 2,5 millions de personnes en France. En France, 700 000 personnes sont à ce jour appareillées d’une machine à pression positive continue (PPC). Ils pourraient bientôt être un million. Reste que cette pathologie n'est toujours pas reconnue comme une affection de longue durée (ALD).

 

 

La conférencière Francine Lecomte

La conférencière Francine Lecomte

Des conséquences bien connues

La personne souffrant de SAOS subit un rétrécissement de son pharynx lié à un relâchement musculaire. Cela entraîne une circulation de l'air plus difficile et un ronflement à cause des vibrations de l’air. Si les voies aériennes se ferment complètement, la personne s'arrête temporairement de respirer : elle fait une apnée obstructive. A chaque apnée, d'environ 10 secondes, cœur et cerveau subissent un stress. Nuit après nuit le sommeil du patient est perturbé, la qualité de sommeil est altérée. Le patient apnéique n'atteint que très rarement le sommeil profond, ce sommeil récupérateur indispensable et fait moins de sommeil paradoxal, stade pendant lequel nous rêvons. Les conséquences les plus courantes sont la somnolence excessive ( risques plus élevés d'accident de la route), l'altération de l'humeur ou dépression, hyperactivité, retard d'apprentissage  et des troubles de la libido. Par ailleurs il existe un lien probable entre les Syndromes d'apnée obstructive et l'hypertension, les maladies cardiovasculaires, l'obésité, le diabète. "Ce n'est pas encore confirmé mais il y a de fortes suspicions pour des complications et pathologies ophtalmiques" certifie la conférencière. A une question sur les ronflements d'un conjoint Francine Lecomte invite la personne a consulter un ORL ."Il faut vérifier qu'il n'y a pas obstruction, par les amygdales par exemple. Cette vibration, c'est un indice, un signe à surveiller parmi d'autres. Mais ne nous faisons pas d'illusion, 80% de la population ronfle à partir de 70 ans".

  

 

 

 

 

L'apnée du sommeil, un syndrome à surveiller

La CPAM dans son rôle préventif

Mélanie Béguinet chargée de mission prévention et santé publique à la Caisse était des plus satisfaite du déroulement de la conférence et du soutien logistique assuré dans la maison de retraite d'Epinal." Nous avons la responsabilité pédagogique de cette manifestation, qui est une forme de vulgarisation scientifique pour faciliter la prévention. C'est tout particulièrement utile pour l'apnée, le rôle du conjoint peut être déterminant pour consulter. Nos réunions mensuelles sont véritablement satisfaisantes. La dernière conférence sur l'arthrose a été un tel succès avec plus de 100 participants que nous allons la renouveler le 23 mars à Golbey. La prochaine manifestation à Bon Repos aura lieu le  16 mars, avec pour thème l'obésité, et nous espérons toucher là encore prés d'une centaine de participants".

 

A.V.P.

 

Commenter cet article