Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par AVP

Un trio d'amis qui expose tous les deux ans: Bernadette Heckenbenner, Louis Montrelay et Liliane Voirin.

Un trio d'amis qui expose tous les deux ans: Bernadette Heckenbenner, Louis Montrelay et Liliane Voirin.

 

Peu doués pour la communication évènementielle, le trio d'amis et artistes dissimulés sous l'acronyme HVM s'exposait avec discrétion dans la galerie du Bailli jusqu'au 8 mars. "Le bien ne fait pas de bruit. Heureusement que nous avons de nombreuses connaissances par nos différentes adhésions à l'académie d'arts plastiques ou à l'atelier de céramique de l'école de l'Image. Parce que question communication pour notre vernissage, nous nous sommes un peu loupés" concède l'artiste Bernadette Heckenbenner. Retracer l'exposition de Liliane, Louis et Bernadette est une occasion amusante de relever que la qualité et l'originalité des productions d'arts plastiques n'est pas proportionnelle à la communication effectuée.

Une juxtaposition de compétences qui ne semblait pas évidente de prime abord. "Nous avons chacun une démarche différente, une optique divergente. Mais comme on est amis, à force de se fréquenter dans les ateliers, nous sommes devenus complémentaires" explique la courageuse Bernadette, domiciliée au Haut du Tôt, et qui vient régulièrement peindre à Epinal.

 

 

Art contemporain au Bailli: grandes œuvres et petites surfaces
Art contemporain au Bailli: grandes œuvres et petites surfaces

Louis le mystique?

Crucifixion, annonciation, la cène... Louis Montrelay est un spinalien qui intrigue: "Je suis pour les tableaux qui dérangent. Revisiter des scènes emblématiques chrétiennes et en parallèle divaguer sur une branche morte dans un style abstrait et coloré, personnellement cela ne me choque pas. Mais surtout, cela crée le contact avec le public qui s'interroge et souhaite décrypter le sens du créateur. Ainsi les spectateurs me demandent si j'ai vraiment fini ma cène. Un tableau qui interpelle par son grand format aux couleurs volontairement prosaïques. Ou pourquoi Marie a les yeux rouges. Isabelle a bien les yeux bleus... Tout est affaire de culture, de convention. Sortir de son cadre de référence n'a jamais fait de mal à personne".

 

 

Art contemporain au Bailli: grandes œuvres et petites surfacesArt contemporain au Bailli: grandes œuvres et petites surfacesArt contemporain au Bailli: grandes œuvres et petites surfaces

Bernadette sourit beaucoup

Seconde artiste originale, Bernadette Heckenbenner expose ses peintures à l'huile sur plaque de cuivre, ses aquarelles, gravures et corsets illustrés. "Stephane Galmiche est mon maitre, j'ai appris à son contact. Sur les plaques de cuivre je mets une primaire d'accroche puis je travaille par glacis, avec des diluants que je fabrique moi-même. Le rendu de ma série de lotus est original par l'aspect antique, quasi impressionniste. Mes impressions de corsets qui sont exposés à coté ont été gravés à la taille douce, complétés d'aquarelles et j'ai repris certains thèmes graphiques pour composer de véritable corsets de femmes. Un volume de toiles diaphanes imprimées qui a beaucoup de succès. On m'a demandé si je les portait souvent, certainement un admirateur... En dernier lieu j'ai réalisé pour l'exposition une série de dessins à la plume et brou de noix sur fond en aquarelle, intitulée La Medinilla. Ce sont trois mois d'illustration de la croissance de la plante qui est là, à l'état mature, dans son pot, étape après étape. On ne peut comprendre cette série qu'en échangeant avec sa créatrice. Nous avons eu beaucoup de visiteurs intéressés et intéressants avec qui nous avons pu discuter technique. Les personnes qui fonctionnent à l'impulsion ou les journalistes qui visitent au pas de course, cela ne nous intéresse pas".

 

 

 De délicats cocons de porcelaine brodés tels des nids d'oiseaux tisserands De délicats cocons de porcelaine brodés tels des nids d'oiseaux tisserands De délicats cocons de porcelaine brodés tels des nids d'oiseaux tisserands

 De délicats cocons de porcelaine brodés tels des nids d'oiseaux tisserands

Liliane: une poétesse en volume

"On s'est posé plus d'une fois la question de la retranscription du poétique dans les arts plastiques avec mon mari ou mes amis. Bien entendu un dessin ou un tableau peuvent faire naitre une pulsion poétique. Cette empreinte sur papier d'arche diaphane d'un cocon interpelle, suggère persévérance et espoir" explique t elle en indiquant un tableau qui au premier abord semble inexpressif. Une fois rapproché le lecteur s'aperçoit qu'une estampe figurant un éventuel nid de l'oiseau tisserand peut être distingué. "Une finesse de lecture qui a pour but d'obliger le spectateur a franchir le pas de la distance. C'est surtout avec la céramique que ma série des cocons est suggestif. Je suis une adepte d'Abdou, enseignant en céramique à l'école de l'Image. Ces cocons suspendus avec des hameçons sur des filets de pèche en véritable fil, ce sont soit des cocons qui protègent la vie, soit des abris dans lesquels loger vos rêves. Leur multitude crée la vie, et sachant que c'est de la porcelaine sur broderies, cuite à 1300 degrés, leur fragilité ne leur donne que d'autant plus de valeur". La souriante sexagénaire n'a toutefois rien d'une prétentieuse ou d'une précieuse, s'excusant presque lorsqu'elle présente des gravures sur presse de cartons encrés. " C'est de la collographie: un estampage et collage en relief sur du carton. Une forme de broderie sans textile qui donne ses lettres de noblesse au carton et qui intrigue d'apparence car on ne sait quelles sont les matières utilisées. Cela demande beaucoup de temps et d'application. C'est  typiquement l'illustration d'un thème transversal sur plusieurs supports, qui me permets de recréer une forme de grâce poétique, à la fois profonde et diffuse". On a beau avoir affaire à des artistes amateurs, leurs traductions méritent d'être discutées avec implication. Souvenez-vous que leur prochain rendez-vous au Bailli est dans deux ans!

 

A.V.P.

 

Art contemporain au Bailli: grandes œuvres et petites surfaces
Art contemporain au Bailli: grandes œuvres et petites surfaces
Art contemporain au Bailli: grandes œuvres et petites surfaces
Art contemporain au Bailli: grandes œuvres et petites surfaces
Art contemporain au Bailli: grandes œuvres et petites surfaces

Commenter cet article