Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par AVP

Aurélien Fréchin et Karim Toumi de la CGT devant le Conseil Départemental

Aurélien Fréchin et Karim Toumi de la CGT devant le Conseil Départemental

Condamné au tribunal administratif en mars 2016 a payer les arriérés de salaire de 2010 à 2013 d'Aurélien Fréchin, un ancien veilleur de nuit à la Maison de l'Enfance de Golbey, le Conseil Départemental doit effectuer le décompte précis des heures d'astreinte de son ancien collaborateur. Un calcul étonnamment lent et complexe, la dernière proposition de paiement s'élevant à 28 000 euros et présentant un écart important avec les attentes du veilleur de nuit.

 "Ils me doivent 5 332 heures! Alors que je n'ai plus de travail et qu'en temps qu'éducateur spécialisé, ce contentieux me pénalise pour retrouver un emploi . Je vais recommencer une procédure judiciaire avec Maitre Picoche pour obtenir un chiffrage décent, mais ce sera long. Dans l'immédiat, il ne me reste plus qu'à entamer une grève de la faim pour me faire entendre. Je commence le 20 mars."

 

 

8 rue de la Préfecture, une annonce et une manifestation.

8 rue de la Préfecture, une annonce et une manifestation.

Une situation sociale tendue.

"La situation sociale est tendue" affirme Karim Toumi , le secrétaire CGT de la maison de l'Enfance qui assiste Aurélien et manifeste avec une vingtaine de manifestants CGT et de collègues rue de la Préfecture. L'incompréhension est totale, pour Véronique, une manifestante: "Reconnue hors la loi, il est effarant de constater que l'administration territoriale joue le pourrissement, misant sur l'épuisement de son ancien salarié. Sur le terrain, c'est le turn over de l'encadrement. Du coup, il y a une mise à distance des relations humaines, qui génère des incidents et des comportements de patron-voyou de l'institution qu'on était loin d'imaginer dans le public. Même si c'est un héritage, qu'en pense Monsieur Vannson, qui s'affirme responsable et légaliste? A minima, il y a une absence d'exemplarité du CD88. C'est révoltant!".

 

 

Une grève de la faim annoncée

Une grève de la faim annoncée

Une pratique de négociation ou un manque de savoir faire?

"Je suis contraint aux dernières extrémités" affirme Aurélien, manifestement tendu et fatigué. "J'ai lancé une pétition pour interpeller l'opinion publique et les politiques. Les calculs du service de paie ne changent pas malgré mes explications et un entretien avec Monsieur Parmentier jeudi dernier". "Payé à mi-temps pour un emploi à plein temps, alors qu'un an et demi d'arriérés sont prescrits, la hiérarchie a joué sur les mots pendant des années pour ne pas payer conformément aux conventions, les 4 veilleurs de nuit que nous étions. Depuis ils ont tous été requalifiés en auxiliaires éducatifs de nuit, c'est à dire aides-éducateurs, pour échapper aux contraintes légales de paiement des "heures debout". Mais eux aussi attendent le règlement de leurs arriérés. A croire que le CD espère solder mon cas dans les meilleures conditions pour lui et s'en servir pour minorer celui des collègues". "Je ne souhaite qu'une chose, sortir de cet imbroglio de 5 ans de discussion et de démarches rapidement. Le décompte annoncé de ma grève de la faim à durée illimitée  est une manière d'écourter les échéances. J'irai jusqu'au bout pour me faire entendre."

 

A.V.P.

 

Commenter cet article