Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par AVP

UN MUR DE PRINTEMPS RETRO-POP

Invité par l'association Le Mur, JBC, autodidacte originaire du Sud-ouest de la France, artiste résident à Montreuil, est connu sur le plan national pour ses créations monumentales et colorées à base de collages sur les murs dédiés aux graff ou sur des façades d'immeubles. Son odalisque rouge sur un grand immeuble d'Aulnay avait fait grand bruit suite à des dégradations réalisées par d'intégristes religieux, censurant son postérieur voluptueux. Jean-Baptiste a donc poursuivi ses performances graphiques pendant deux jours sur l'espace réservé près de La Plomberie, en détournant une œuvre du 19ème siècle de Thomas Couture intitulée « Les Romains de la décadence ». Maniant provocation et excellente maitrise de son style personnel, il a réalisé une composition hyper contemporaine intitulée « banquet des antisystèmes » qui soulève une petite polémique car associant hommes politiques français et populistes internationaux. Spécialiste de la revisitation artistique des équipements urbains, c'était aussi le premier coup double auquel on pouvait assister puisqu'un container à verre du Sicovad avait été décoré de reproductions de Klimt appropriées par l'artiste. Une performance et un évènement dynamique de qualité qui a largement satisfait la centaine de spectateurs du vernissage en plein air.

 

UN MUR DE PRINTEMPS RETRO-POP
UN MUR DE PRINTEMPS RETRO-POP

Benoit Jourdain, Rémy Louyot, Christophe Petit et l'artiste JBC

2 jours de travail dans des conditions parfois difficiles

Plutôt grand, fin et réservé, JBC  a travaillé avec intensité sur sa composition, parfois sous la pluie, mais surtout dans la fraicheur. "Raphaël m'avait prévenu, les conditions climatiques en hiver ne sont pas évidentes. Je suis un peu à la peine. Mais ce niveau d'engagement physique fait partie de la performance. Et puis juste pour les dernières finitions le soleil est de sortie, c'est une belle conclusion". Interrogé sur le coté "provoc" d'une telle réunion picturale, l'artiste répond avec simplicité: " Je suis plus dans la suggestion que dans la provocation. C'est une touche de fantaisie subtile dans le contexte politique actuel. De toute manière ce n'est pas en étant consensuel que les choses évoluent ou que l'on éveille l'esprit critique du public. J'ai beaucoup de plaisir à échanger avec le public, si je fais de l'art de rue c'est aussi pour dialoguer".

UN MUR DE PRINTEMPS RETRO-POPUN MUR DE PRINTEMPS RETRO-POP

Un public spontané et participatif

Puzzle, lego, vitrail, devinette, tous les qualificatifs ont été employés par les visiteurs lors des deux jours de la réalisation de la composition murale. " Là c'est Poutine, c'est OK. Mais là c'est qui, l'odalisque? Et derrière Marine? C'est Macron?" s'interroge Jean-Pierre. " L'odalisque c'est la femme de Trump, une belle plante, n'est ce pas?"  confirme Pierre, qui assure pratiquement la visite guidée. Enjoué le membre du Mur complète: "en avant première, on a pour la première fois une belle paire de roubignoles de la statuaire grecque, en plein centre!". Certains passants s'inquiètent de la pérennité de l'œuvre: "mais cela va être verni au moins? Avec la pluie cela risque de couler!". Les plus audacieux interrogent l'artistes, mais le plus souvent les passants sont déférents et n'osent pas interrompre l'artiste.

"Mais c'est du collage" s'exclame Mireille, une septuagénaire poussée par la curiosité. "Oui, mais du collage peint" précise avec un beau sourire Martine de l'équipe organisatrice. Trés satisfaite de la création et des flux de visiteurs qui se rapprochent, la secrétaire de l'association précise: "En étant présents lors de la conception, pour assister l'artiste avec Jeannie à la vidéo, on échange et on participe à la création de lien social, à la découverte d'expressions artistiques que les spinaliens n'ont pas l'habitude de voir". Pour Anne et ses trois jeunes garçons en ballade, la fresque n'a rien de provocatrice. " Ils aiment bien les graff, on vient souvent. C'est coloré et toujours très expressif. On peut discuter sur les émotions que ce qu'ils voient provoque en eux. Il faut penser à verbaliser et échanger devant une telle création. Et avec un petit rayon de soleil, c'est optimal"

UN MUR DE PRINTEMPS RETRO-POP
UN MUR DE PRINTEMPS RETRO-POP
UN MUR DE PRINTEMPS RETRO-POP

Pas une polémique, mais un choix assumé

Lors de l'inauguration de l'œuvre, Christophe Petit, adjoint à la culture assume totalement le risque de polémique. "C'est un artiste engagé. Nous sommes dans la ville des Images et les artistes sont libres. Cette composition va interpeller les citoyens et faire réagir les élus. Le message est très clair, et cela au risque de favoriser les extrêmes par un effet contreproductif. Mais le débat est ouvert, et je suis fier que cette création soi à Epinal .". "Avec Les membres du Mur et de La Lune en parachute, j'ai rencontré à Epinal des personnes qui perpétuent la tradition de croire que l'art est essentiel. Cela nous donne envie de donner notre meilleur " confirme JBC au public.

 

A.V.P.

 

Le site web de JBC : http://jbc-art.com

et les vidéos sur ses réalisation :

Petites Chroniques Urbaines : https://vimeo.com/123959767

El Amor De Mi Vida – JBC : https://youtu.be/yODhpCkmesA

Bazaar latino l’exposition : https://vimeo.com/75759034

 

http://lemurepinal.fr/

UN MUR DE PRINTEMPS RETRO-POP
UN MUR DE PRINTEMPS RETRO-POP
UN MUR DE PRINTEMPS RETRO-POP

Commenter cet article

Groucho 12/03/2017 22:43

Vous me faites rire les bavards. Ce mur devrait servir d'affiche au NPA. C'est tout un symbole et une synthèse en même temps du marasme intellectuel et politique dans lequel on baigne. Vivement la sixième république numérique, que ne reste plus que les vrais idéalistes et non les profiteurs.

papy FDLR 12/03/2017 22:40

Nos douces montagnes et le cuicui des serins dont la vacuité totale n'a d'égal que leur plumage naif des jouvenceaux de l'année

Zizidore 12/03/2017 22:37

Moi je préfère le mec qui se fait la truie avec une gravosse sur la soie. Rose bonbon et carreaux vichy sixties. Pas chiche qu'il mette ça dans le 93!

Zizidore 12/03/2017 22:35

ce graff est trop top. J'ai été sur le site du mec, le coup de la grosse cul à l'air en plein territoire musulman, c'était de la provoc qui tue. Total respect, enfin un artiste qui prends des risques. La prochaine fois il va y aller y dessiner des saucissons et ils en feront un mouton pour l'Aid!!! Ouaf Ouaf Ouaf

jako 12/03/2017 22:38

t'es pour la paix des communautées toi. je vois bien ton jeu petit coquin de la basse montagne

Zigou 12/03/2017 22:32

Rêve pas Jako, si t'as pas 2 blindes à mettre sur la table, comme le Sicovad, tu devras te contenter des graff au marqueur des buissoniers du lundi. Ou alors tu piques la peinture et tu fais avec tes mimines d'intellectuel!