Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par AVP

Morgane Puy, la dernière des défiboiseurs travaillant en extérieur dimanche dernier

Morgane Puy, la dernière des défiboiseurs travaillant en extérieur dimanche dernier

Les 13ème manifestation des "Défis du bois 3.0" avec ses microstructures nomades et ses 10 équipes d'étudiants concepteurs et monteurs, a débuté samedi dernier sur le Campus bois de l'ENSTIB. Un lancement effectué officiellement par l'administrateur provisoire et ancien directeur Pascal TRIBOULOT et en la présence des élus, Elisabeth Del Genini pour la région, Régine BEDEL pour le département et Michel Heinrich pour la ville d'Epinal. Le thème de cette année a été dévoilé au public le même jour. Il est tout aussi original que les années précédentes puisqu'il s'agit de créer 10 studios de musique ou "Swing case" pour le campus universitaire de l'Ecole Polytechnique de Palaiseau, pendant 6 nuits et 7 jours. Mais ce sera surtout une "partition" qui va se jouer en atelier et en préfabrication, en chambre, à la différence des années précédentes, la faute au temps qui est annoncé pluvieux toute la semaine.

 

 

Alice Clément Architecte originaire de Tendon et membre de l'équipe Les Coulisses

Alice Clément Architecte originaire de Tendon et membre de l'équipe Les Coulisses

Un brassage des cultures et un état d'esprit

"Avec des isolants écologiques à base de fibre de bois, qui sont sensibles à la pluie, on est obligés de travailler en atelier" confirme la "défiboiseusse" Morgane Puy, ingénieur de l'ENSTIB et originaire de Pau (équipe "H" , projet dénommé "Amplignum"), la dernière à tailler encore des pièces en bois sur la pelouse du Campus. Comment s'est constitué l'esprit d'équipe? "Aucun problème. Les 50 participants on été réunis en janvier, les équipes tirées au sort et on a fait connaissance. Aucun souci de culture, ou même de langue. Avec Alexandra, architecte qui vient de la Saar, on communique en anglais. Ca ne fait pas de mal. Et notre Compagnon du devoir, Kevin est formidable. Pédagogue, ouvert... ". "Certainement beau gosse?" interroge en souriant Léonore, une visiteuse, qui a manifestement un faible pour les gaillards bien bâtis, spécialistes du bois. Pas de réponse mais un grand sourire, c'est normal ce n'est pas l'objet de la compétition. "Ce n'est pas une véritable compétition" rappelle Alice Clément originaire de Tendon, architecte de l'équipe D (projet "Les coulisses") en compagnie de Xavier Carloni, un architecte belge de Mons. " C'est un projet constructif avec un esprit d'équipe et un même un mental collectif car il y a beaucoup d'entraide entre équipes. On se marche un peu dessus à l'intérieur, mais cela ne va pas durer".

 

 

 

 

Une présentation effectuée aux élèves et partenaires dans le grand amphithéâtre de l'ENSTIB

Une présentation effectuée aux élèves et partenaires dans le grand amphithéâtre de l'ENSTIB

Des projets esthétiquement moins spectaculaire mais pratiques

Boite à musique, Crescendo, Orgue de barbarie, l'Euphonie, El cajon, Subwooder, ... les 10 "Swing case" ne doivent pas excéder 4,5 mètres de long par 3 mètres de haut et 3 de large, avec un poids n'excédant pas 2,5 tonnes, pour pouvoir les transporter facilement. La structure doit bien évidemment être en bois, un matériau qui participera à l'ambiance et au confort intérieur, et si possible avec un message symbolique et esthétique en lien avec l'environnement, la poésie et la musique. Les studios de musique doivent être accueillants, permettre l'installation d'un piano droit et pouvoir accueillir 2 autres musiciens, ce qui explique l'exigence d'une isolation thermique, l'équipement prévu en électricité et une ventilation mécanique double flux. Résultats de cette quête initiatique le 6 mai prochain à 16h30, un jury décidera des trophées à remettre à chacune des constructions sous la responsabilité du parrain 2017 Jérôme Mayet, ingénieur des ponts et chaussée et directeur général du groupe d'ingénierie SETEC.

 

A.V.P.

Commenter cet article