Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par AVP

Le Mur d'été de Jean Faucheur

Bien connu pour ses détournements de panneaux de publicité par le graff sur Paris avec le collectif des "Frères Ripoulin" et co-fondateur du Mur d'Oberkampf, Jean Faucheur a sévit vendredi dernier sur le celui de la rue Saint Michel, en remplacement du sympathique duo Evazesire qui avait marqué le support d'art moderne éphémère par son utilisation audacieuse de volets et huisseries en bois et la permanence de regards angoissés qui se croisent (http://www.epinalnews.com/2017/05/premier-affichage-d-un-duo-sur-le-mur-d-epinal.html). De retour sur Epinal, qu'il connait bien, reprenant le concept du regard, mais en le pixellisant et en renforçant les points par le graff pour obliger à une lecture moins figurative, le peintre, sculpteur et vidéaste surprend à nouveau les amateurs de street art jusqu'au 10 septembre.

Un connaisseur de la ville

Né en 1956 à Versailles et précurseur du street art à Paris, pipe en main, Jean Faucheur prends le temps de mesurer du regard sa dernière composition, la comparant à son projet . "Jusqu'au dernier moment je changerai des choses, et comme je viens de casser mes lunettes, c'est d'autant plus contraignant pour tout apprécier avec ma précision habituelle" confie t-il . Parisien débarqué à Epinal en 1993 et en 1997, il conserve de la ville de bons souvenirs. Est ce la raison pour laquelle il a produit un autoportrait? " L'autoportrait est un sujet de tous temps, abordé par les premiers artistes. C'est dans la continuation des nuits blanches auxquelles je participe depuis 2014 et du travail que j'effectue sur le regard depuis 35 ans. Plus jeune je m'activais sur les panneaux de publicité qui par vocation cherchent à accrocher le regard , l'impact visuel. La lecture et tout ce qui peut troubler la vision, l'usage des nouvelles technologies et la pixellisation, la juste distance ..."

 

Jean Faucheur, arrivé fraichement de Paris et délicieusement accompagnéJean Faucheur, arrivé fraichement de Paris et délicieusement accompagné

Jean Faucheur, arrivé fraichement de Paris et délicieusement accompagné

Event ou performance?

Au travail de bonne heure, parti dés le lendemain matin, l 'artiste est interrogé sur la performance que consiste d'animer un support du réseau le MUR en une seule journée. "Ni l'un ni l'autre. et je n'aime pas ces termes. je ne recherche pas le contact avec les passants, même si je cherche à capter leur regard, à leur faire enregistrer l'éphémère travail réalisé. J'en fait des opportunistes, je les provoque en ce sens pour qu'ils s'interrogent sur le sens de l'oeuvre. L'éphémère n'est pas frustrant. Au contraire, il a d'autant plus d'énergie. De toutes mes œuvres peintes ou graffées dans la rue, et qui pour certaines n'étaient pas encore sèches lorsque elles ont été éliminées, je ne regrette pas leur disparition, même si j'aurai bien voulu en garder quelques unes. Réfléchir sur les apparitions et les disparitions au sein de l'espace public".

 

Le Mur d'été de Jean Faucheur

Un artiste découvert ou à redécouvrir

Artiste accessible et simple, Jean ne se dévoile pourtant qu'à hauteur de ses yeux sur le Mur d'Epinal. Une vision qu'il va flouter avec de subtiles jets d'aérographe qui viennent en surimpression donner un autre sens au regard et à son cadre. "La distance est essentielle. On l'oublie trop souvent avec nos appareils électroniques qui donnent à voir avec une précision adaptée à un espace clôt " témoigne Marie-Luce, une parisienne qui visite toute la ville à pied ce week-end. " Cela exige de nous un effort pour percevoir. Je ne connaissais pas le travail de Jean Faucheur et je le découvre par hasard à Epinal. C'est amusant. Et il est très sympathique. On discute ensemble comme si on se connaissait depuis 10 ans!". " Ca ressemble à du pop art sans en être. Ce n'est pas du graff classique. C'est séduisant mais sans ostentation. C'est peu commun et c'est à Epinal" lâche avec un sourire Michel qui vient à chaque vernissage. "Cela a l'air simplissime mais si on change d'axe de vision cela modifie complètement la lecture du tableau" confie Bernadette. " C'est rafraichissant avec ces couleurs. Cela me réconcilie avec l'art moderne, on voit tellement d'hurluberlus dans ce domaine".

A.V.P.

Marie Luce heureuse de sa découverte artistique spinalienne

Marie Luce heureuse de sa découverte artistique spinalienne

Commenter cet article