Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Rédaction

Quentin en action sous la pluieQuentin en action sous la pluie

Quentin en action sous la pluie

Vendredi dernier un nouveau "street graffeur" a été accueilli sur la paroi artistique de la rue Saint Michel. Venu en voisin, le mulhousien Niack, membre du collectif "Schlager"  a signé de son nom et de son graphisme caractéristique la grande paroi précédemment occupée par Jean Faucheur. Retour aux sources avec un graff sauvage et traditionnel par un artiste méritant, car il a fallu bomber sous la pluie et avec des températures quasi-hivernales. Un travail qui sera visible jusqu'au 10 novembre.

 

 Un style à la fois retro et contemporain dépassant le graf ancien

Un style à la fois retro et contemporain dépassant le graf ancien

Un ego-trip assumé

Beaucoup moins figuratif que les prédécesseur des lieux, Niack ( Quentin pour l'état civil ) revendique son œuvre, un "ego-trip assumé" suivant ses termes, une déclinaison freudienne de son moi, son nom transformé, un marquage de territoire qui inspire le respect par son lettrage caractéristique et le travail effectué pendant 20 heures. "Imposer son style et son nom c'est le basique du graf, un incontournable" témoigne l'artiste.

Tonique par son fléchage et ses inclinaisons déstructurantes, camouflant ses lettres très 2D et avec peu de relief sous un codage personnel en quadricolor, le graffiste mulhousien de 30 ans s'inscrit dans la tendance américaine des années 90 mais avec une recherche et une complexité des traits qui révèle sa volonté artistique, posée et réfléchie. Une relecture des paysages urbains baptisés de tags bruts qui n'appartiennent plus qu'au passé et qu'il mets au second plan, les recouvrant de son travail en quête d'une reconnaissance impossible par l'épopée historique des grafs.

 

Les traits rouges permettent de distinguer le nom de l'artiste dans le graphisme foisonnant

Les traits rouges permettent de distinguer le nom de l'artiste dans le graphisme foisonnant

En rupture avec le figuratif

Jeanne, plus de 70 ans est venue voir plusieurs fois l'état d'avancement de l'œuvre de Niack. "Je suis admirative. On ne sait pas ce que cela ne va pas donner. Ce jeune monsieur est bien courageux et c'est une véritable animation pour le quartier". Pour Aimé, qui se qualifie de curieux mais aussi amateur de fresques " le concept du mur c'est bien, ici il est bien. Pas comme  à Nancy Saint Sébastien, on ne le voit pas". Interrogé sur la qualité de la création il reconnait préférer les précédentes" surtout la première "d'une noire très colorée aux lèvres pulpeuses". Jacques un quadragénaire qui admet ne pas aimer ce dernier Mur, est obligé de demander de l'aide à des spécialistes pour retrouver les lettres du nom d'artiste: "c'est un vrai jeu de piste! C'est impossible à retrouver sans être aidé!"

L'artiste est prochainement à Reims au salon de l'art contemporain avec 7 de ses créations et sera au 3F de Mulhouse en novembre puis en expo solo en janvier.

A.V.P.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article