Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Rédaction

La dynamique municipale de recommercialisation du centre ville

La ville sollicitée par la Chambre de Commerce s'est saisie des problèmes de fréquentation et de commercialisation des locaux vides de la copropriété de la Galerie Marchande Saint Nicolas, mais aussi du Centre des Quatre Nations (qui dans ce dernier cas est sa propriété à hauteur de 60% des surfaces). Des formules d'aides originales à la prise à bail ont été proposées en conseil municipal ainsi que la cession de lots pour la création d'une nouvelle maison médicale aux Quatre Nations.

 

 

La dynamique municipale de recommercialisation du centre ville

Faire baisser les prix des propriétaires

"Les loyers de la galerie marchande Saint Nicolas sont élevés ainsi que les charges alors que l'on constate un taux de vacance important dans cet ensemble. Nous avons amélioré l'aspect de l'entrée Nord sur la voie publique pour éviter les mauvaises fréquentations ou une mauvaise image. Nous préconisons la mise en place d'un sas vitré en bordure de rue du coté de la rue Léopold Bourg. Et pour aider à l'installation d'enseignes et bien que l'on soit dans le domaine privé, nous allons débloquer 10 000 euros pour aider à la prise à bail de commerces de la Galerie Saint Nicolas. La seule condition pour disposer d'un tel fond d'accompagnement étant que le propriétaire baisse ses loyers. C'est un test piloté par le manager de ville, l'avenir nous dira si c'est une bonne option" déclarait Michel Heinrich.

 

La dynamique municipale de recommercialisation du centre ville

Quelle option gagnante ?

Pour des spécialistes de l'immobilier commercial, cette éventuelle solution n'est pas la meilleure. "Même si elles datent des années 80, ces galeries sont des équipements obsolètes, comme on n'en fait plus depuis 40 ans. S'acharner à leur conserver un rôle commercial sans réinvestir plusieurs millions, c'est mission impossible. Maintenir une commercialité déficiente (comme locomotive l'enseigne Monop' n'est pas suffisante) animer les lieux ou remplir les cellules de magasins éphémères est illusoire. Les charges et les loyers, comme pour tout Etablissement Recevant du Public ( ERP)  sont élevés et même diminués, ce ne sera pas une solution durable. C'est le chiffre d'affaires qui est insuffisant. Des opérateurs immobiliers nationaux pourraient faire le travail de restructuration, mais le potentiel client et l'accessibilité ou le stationnement ne sont malheureusement pas suffisants. Pour Saint Nicolas il faudrait une démarche volontariste et radicale sur la base de la préemption municipale, et ce pendant des dizaines d'années avec des fonds publics -ce qui politiquement et juridiquement n'est pas tenable- pour restructurer les lots et en faire des moyennes surfaces puis créer un continuum protégé de coeur de ville vers la rue des Minimes. Cela  serait le plus viable pour un investissement échelonné et mesuré. Aux Quatre Nations, en dehors des commerces de façade, un parking en silo serait la meilleure solution. "

 

Une maison médicale aux Quatre Nations

Le cas de la Galerie des Quatre Nations  est le second point d'urbanisme commercial délicat abordé en conseil municipal ."Nous avons été abandonnés en chemin par le groupement de médecins qui avait prévu de s'installer au centre commercial des Quatre Nations au lendemain de notre délibération du 19 mai 2016 validant leur opération" précise le maire. C'est maintenant un promoteur privé, Monsieur Duchaine, qui reprends le flambeau pour la maison médicale des Quatre Nations, après avoir réalisé la maison médicale de Courcy et celle du Quai Michelet".  635 m2 de locaux et quelques places de parking seront donc vendus à la SNC 4 nations par la commune pour un montant proche de 650 000 euros, dans l'espoir que cette nouvelle maison médicale se fasse véritablement un jour...

A.V.P.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article