Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par AVP

Pitte, Jean-Robert, Fanatique de terroir....

Le Festival International de Géographie est maintenant achevé mais il est amusant de relever l'intervention décentralisée de Jean-Robert Pitte à la Bibliothèque Multimédia. Le  Président de la Société de Géographie et membre de l'Académie des sciences morales et politique a eu l'idée d'étudier la géographie des restaurants et en a rédigé un livre présentée en avant première aux vosgiens: l'Atlas Gastronomique de la France, voyage gourmand en 80 cartes. Une rencontre jubilatoire avec un amoureux des mots et de plats de terroir.

 

Un épicurien curieux des terroirs

Auteur en 1991 du livre "Gastronomie française. Histoire en géographie d'une passion" (Fayard) mais aussi de nombreux ouvrages sur le vin, de la Bourgogne au bordelais dont "Le désir du vin à la conquête du monde" en 2009 chez Fayard, le docteur en géographie et en lettres a été présenté à la soixantaine d'amateurs et lecteurs présents par la directrice de la bibliothèque Anne Masson après avoir pris le temps de visiter la salle protégée et ses livres anciens classés dans les boiseries de l'abbaye de Moyenmoutier. Des éclats dans les yeux et un sourire sur les lèvres après une telle visite, le conférencier n'a pas hésité à rappeler son rôle dans la création du Festival de géographie et "les fermes auberges vosgiennes d'antan aux tofailles inimitables, malheureusement de moins en moins nombreuses". Le décor était planté, un épicurien intellectuel ou plutôt un scientifique gourmand des terroirs et des gastronomies, de leur petite à leur grande histoire. Cuisinier contrarié il est certain que "C'est une voie noble pour un géographe que de parler d'alimentation, cela fait partie de notre mission. Sans gastronomie il n'y a pas de culture, et c'est un sujet qui n'a pas vraiment été étudié avant les années quatre vingt".

 

 

Pitte, Jean-Robert, Fanatique de terroir....

La gastronomie est incontournable et reconnue

"La gastronomie, le partage d'un repas élaboré avec art, est une occasion festive qui touche tout le monde. En France des personnes modestes font des économies pour parvenir à réaliser un repas d'exception. Des décisions d'affaire ou la diplomatie se mènent aussi à table. Au Congrès de Vienne, Talleyrand est parvenu à négocier avantageusement et au profit de la France, presqu'exclusivement autour de repas gastronomiques, sa table était des plus réputées". Ce n'est pas sans une certaine facétie que le scientifique a rappelé son rôle lors du classement par l'Unesco en patrimoine immatériel du repas gastronomique français. "C'est Nicolas Sarkozy qui a présenté notre demande en 2010, initiée cinq ans plus tôt. Et il est amusant de constater que c'était à un président qui avait conservé des habitudes alimentaires pas totalement matures -à base de Nutella, de chocolat et ne buvant pas une goute d'alcool- qu'a incombé cette mission. Heureusement, cela s'est bien passé". Vantant Curnonsky, le prince des gastronomes, auteur et critique culinaire, amateur de simplicité et d'authenticité, sauveur de recettes traditionnelles, l'auteur évoque avec joie le cas d'hommes illustres et amateurs comme Cocteau ou Dali, ce dernier voulant manger comme "son roi" chez Alexandre Dumaine, de la Côte d'Or à Saulieu. "Leur point commun:  ils ont emprunté la nationale 7, emportés par le flux héliotropique des richissimes étrangers et fortunés du XXème siècle, lesquels ont permis la survie de la diversité gastronomique, assuré la reconnaissance et le succès des auberges traditionnelles ". Pour conclure l'auteur s'est permis de conseiller la diversité dans le respect de l'identité de chaque terroir "choisissez vos aliments et préparez les avec plaisir, c'est le secret d'une bonne table"

 

A.V.P.

Photo JR Pitte

Pitte, Jean-Robert, Fanatique de terroir....
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article