Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par A.V.P.

Julien Marlangeon vice-président des JA en opération séduction et communication

Julien Marlangeon vice-président des JA en opération séduction et communication

L'intox de la pénurie de beurre fait long feu. Largement médiatisée par les opérateurs de la distribution alimentaire ou la presse en recherche de sensationnel, les Jeunes Agriculteurs (JA) et la Fédération Départementale des Syndicats d'Exploitants Agricoles ( FDSEA)  se sont retrouvés pacifiquement sur le parking d'une grande surface de Golbey pour donner du sens à la situation actuelle. Ils avaient choisi de s'adresser directement au grand public en vendant 50 kilos de plaquettes de beurre à prix coutant.

 

 

La FDSEA en appui

La FDSEA en appui

A qui profite le beurre?

«  La production de beurre est restée la même » certifie Julien Marlangeon vice-président des JA. « Mais la demande internationale a évolué dans des proportions inattendues par les industriels, ce qui fait qu'ils privilégient ces nouveaux marchés, plus que ceux ou ils ne gagnent rien, les premiers prix pour la distribution. En réaction les distributeurs essayent de faire pression sur les industriels de la transformation -leurs interlocuteurs de la filière- pour maintenir leurs quantités et marges, en mobilisant le public sur un risque totalement factice, alors que ce qu'ils veulent surtout c'est conserver les prix négociés à leur avantage ». Une valse ou un tango entre mailons de la filière, alors que les exploitants agricoles ne veulent pas faire tapisserie et surtout redresser leur situation.

 

 

Qui fait son beurre?

Au bon beurre

«  Quand les cours  baissent du fait d'une surproduction, on nous les répercute presque immédiatement par une diminution  de prix à l'achat du lait. Il y a une embellie sur le beurre dont pourraient profiter les producteurs de lait et avoir ainsi une vue plus longue sur nos investissements. Je préfèrerai être chez moi en train de travailler, mais il est important de donner une image d'agriculture à taille humaine alors que les états généraux de l'alimentation sont programmés ».  Pour Yohann Barbe, le Président des JA des Vosges  «  les agriculteurs vendent leur production de lait à 330 euros la tonne au lieu de 360 euros, qui est leur prix de production. Le véritable problème ce sont les relations commerciales entre la grande distribution  et les industriels du secteur ».

 

 

Qui fait son beurre?

Passe moi le beurre

« Le circuit court n'est pas la bonne solution pour nous. Plus personne n'a de baratte pour faire son beurre et il n'y a même plus d'unité de transformation dans les Vosges». Et effectivement, les tablettes de beurre vendues par les agriculteurs à un prix modique sont estampillées du 44... La Loire Atlantique. Un prêté pour un rendu? Et ta soeur...

 

Qui fait son beurre?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article